TITRES


"Je ne suis pas le défenseur du peuple, je suis du peuple." - Maximilien Robespierre (1758-1794)

ESSAI

 

Léguer, c’est transmettre. Transmettre, c’est faire passer d’une personne à une autre. Et si j’ai fait deux beaux enfants, vous vous doutez bien que cela est en vue de transmettre quelque chose. Les enfants restent une partie de nous, et une partie de nous reste éternellement en eux. C’est en cela (entre autres) que nous continuons à vivre même morts, à travers eux, pour peu que ces derniers en aient pleinement conscience. Que mes deux enfants sachent donc que, même mort, je continue à vivre à travers eux, à travers leurs actes futurs, à travers ce qu’ils deviendront et comment ils se comporteront. Qu’ils me fassent donc honneur du mieux qu’ils pourront, et qu’ils ne m’oublient pas, parce qu’on n’a pas le droit d’oublier ses parents.




DERNIER ALBUM ÉCOUTÉ (ET NOTÉ) :

Bon Jovi - Forever (2024)


01. Legendary ★★★☆☆

02. We Made It Look Easy ★★☆☆☆

03. Living Proof ★★★★☆ (meilleur morceau)

04. Waves ★★★☆☆

05. Seeds ★★★☆☆

06. Kiss The Bride ★★☆☆☆

07. The People's House ★★★☆☆

08. Walls of Jericho ★★☆☆☆

09. I Wrote You a Song ★★☆☆☆

10. Living in Paradise ★★☆☆☆

11. My First Guitar ★★★☆☆

12. Hollow Man ★★★☆☆

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Concept album (concept global) : ★★★☆☆

Originalité : ★★☆☆☆

Note finale : ★★★☆☆

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cela fait plus de vingt ans que je n'ai pas écouté un BON album de Bon Jovi (le dernier que j'ai aimé restant Bounce, de 2002), et six albums sont sortis entre 2005 et 2020, alternant le moyen et le niais au possible. Autant vous dire que je n'attendais strictement rien de ce nouvel album, Forever, et que j'ai bien fait : cela m'a évité d'en être déçu ! Soyons directs et sincères : c'est mou, c'est niais, et les compos sentent le réchauffé à plein nez. Malgré tout, et il me faut le reconnaître, cet album est au-dessus des trois derniers, cela ne fait guère de doutes. L'absence de Ritchie Sambora à la guitare est immense, et sans lui, le groupe semble avoir perdu tout son côté Hard Rock au profit d'une Pop/Rock à l'eau de rose, qui frise le niais à de nombreux moments. Au final, ce sont toujours les mêmes balades au fil des albums, toujours les mêmes chansons rock d'ailleurs : Legendary est la chanson d'entrée classique de tous ses albums depuis 2005, We Made It Look Easy m'a fait bailler cinq fois. Quant au meilleur morceau, Living Proof, il est une copie conforme de l'ambiance Bounce, mais m'a tout de même redonné le sourire. Après cela ? On retombe dans le Bon Jovi sans saveur, dans le Bon Jovi insipide, dans le "Bon Jovi pour les vieux", même si certains morceaux s'en sortent plutôt bien (Waves, Seeds, My First Guitar). Une fois le dernier morceau achevé, je suis immédiatement allé me réécouter l'album Keep The Failth, en me disant dès les premières notes : "C'était ça, Bon Jovi !"

★☆☆☆☆

★★☆☆☆

★★★☆☆

★★★★☆

★★★★★


 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

COUP DE GUEULE #10

Jeudi 30 mars 2023

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je regardais hier les dernières informations sur Internet, tranquillement, et j'ai pu voir certains médias se poser (faussement, bien évidement) la question suivante, concernant cette infâme réforme des retraites : "Le Conseil Constitutionnel, dernier recours ?" À tous ceux qui espèrent encore quelque chose de cette institution gangrénée par la souillure, laissez-moi vous expliquer rapidement les rouages de cette dernière ; vous comprendrez ainsi bien mieux la mascarade qui se trame tout autour de vous, et vos espoirs s'éteindront aussitôt (du moins, je l'espère).

Notre Constitution obsolète consacre neuf articles au Conseil Constitutionnel (articles 56 à 63) : que nous dit-elle ? Qu'il est constitué de neuf membres, dont les mandats durent neuf ans, renouvelés par tiers tous les trois ans. Le principe de nomination est assez ahurissant : trois sont nommés directement par le Président de la République, trois autres par le Président du Sénat, et les trois derniers par le Président de l'Assemblée nationale. On y rajoute les anciens Présidents de la République, qui ont un droit à vie dans ce Conseil, si telle est leur volonté. Le Président du Conseil Constitutionnel est nommé par le Président de la République : ce dernier détient la "voix prépondérante en cas de partage", autrement dit, c'est lui qui tranche en cas de nécessité de partage.