TITRES


"Je ne suis pas le défenseur du peuple, je suis du peuple." - Maximilien Robespierre (1758-1794)

DRAGON BALL Z

 


Ahhhh ! Dragon Ball Z ! Toute ma jeunesse...Toute une époque ! J'ai eu la chance d'être un jeune adolescent quand a déferlé sur nos terres occidentales ce tsunami venu du pays du Soleil-levant, avec notamment (mais pas que, je vous rassure) le mythique Dragon Ball Z, diffusé par le Club Dorothée. Je me souviens des mercredis à implorer ma mère pour qu'elle enregistre tous les mangas du matin (DBZ, Sailor Moon, Ranma 1/2, Nicky Larson, et j'en passe !) sur la cassette dédiée ; je me souviens des grandes déceptions quand ma mère oubliait ou se trompait dans les enregistrements (notamment quand elle croyait avoir remis la cassette au début avant enregistrement alors que non, et que je me retrouvais finalement qu'avec 5 ou 10 minutes de mangas, à mon grand désarroi) ; je me souviens de toutes ces claques visuelles qu'on prenait dans la tronche, avec mon petit frère et ma grande sœur ; par dessus-tout, je me souviens des palpitations de mon cœur quand j'ai vu Sangohan s'énerver pour de bon face à Cell, éliminant en un seul coup chaque mini cell ! Quelle époque incroyable !

Aujourd'hui, le temps a passé, et DBZ ne me procure plus les mêmes émotions (fort heureusement), mais je dois avouer avoir gardé cette passion pour cet anime en particulier ; surtout, je me suis rendu compte récemment que je n'avais pas vu en intégralité certains arcs mythiques de la saga (je prenais les épisodes au gré des diffusions, essentiellement de l'arc Cell), certains moments légendaires, et qu'il fallait absolument, avant de trépasser, me refaire la totale de ce manga légendaire ! C'est ainsi que j'ai pu bien mieux apprécier le fil directeur de la série, l'évolution des puissances et des personnages, les nombreuses incohérences historiques entre la série et les OAV,... j'ai également pu constater l'importance de certains personnages comme Trunks (que j'appréciais déjà énormément étant petit), l'évolution de Piccolo (moi qui croyait qu'il ne servait jamais à rien), ou encore le changement progressif de Végéta du côté du Bien (la frontière étant toujours fine).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nom : Doragon Boru Zetto.
Nom Français : Dragon Ball Z.
Créateur : Akira Toriyama.
Année de création : 1989.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DRAGON BALL (OK)
153 épisodes (1986-1989)
Il s'agit vraiment de la genèse du mythe DBZ, avec l'enfance de Sangoku et toutes ses rencontres emblématiques (Bulma, Tortue Géniale, Krilin, Yamcha, Ten Shin Han, maître Karin, Yajirobei, et j'en passe), qui vont véritablement façonner la légende et préparer le terrain au moyen d'un terreau diablement efficace (les boules de cristal, le dragon Shenron, le Kamehameha, la tour Karin, le Palais du Tout-Puissant,...). Les méchants sont vraiment cools (Pilaf, Capitaine Blue et sa voix légendaire (en VF), l'armée du Ruban Rouge, Tao Pai Pai, Ten Shin Han ou encore l'énorme arc Satan/Petit Cœur), l'humour est vraiment une grande force de DB et l'aventure est pleine de rebondissements, sans jamais tomber dans des longueurs trop prononcées (sauf peut-être pour la dernière partie avec l'incendie de Gyumao, qui termine la série un peu faiblement). Bref, une première série faisant vraiment partie des grands classiques !


DRAGON BALL Z (OK)
291 épisodes (1989-1996)
Je pense ne plus pouvoir être objectif quand je parle de DBZ ; pour moi, ce manga tellement culte, tellement bon, tellement incroyable. Ca a tellement bercé mon adolescence, tellement fait vibrer le cœur du petit garçon que j'étais... Il s'agit pour moi du dessin animé le plus culte de mon existence, et pourtant, il y a du lourd en concurrence (Les Chevaliers du Zodiaque, Ranma 1/2, Sailor Moon, Ken le survivant, Jayce et les conquérant de la lumière,...).  


DRAGON BALL GT (OK)
64 épisodes (1996-1997)
Ennuyeux, navrant, sans inspiration : difficile de ressortir quelque chose de bien dans cette sous-série aux graphismes faibles, au scénario lamentable et à la traduction française complètement ratée. Il n'y a que 64 épisodes ; pourtant, cela m'a paru une éternité… un calvaire.


DRAGON BALL Z KAI (OK)
167 épisodes (2009-2015)
Il s'agit de la reprise de l'anime Dragon Ball Z, avec un nouveau montage et une remise à jour de certains dessins qui ont permis une réduction du nombre d'épisodes avec une image et un son en HD. En passant de 291 à 167 épisodes, cela rend la série plus courte et plus dynamique, avec moins de temps morts et de regards interminables. Enfin, je trouve. 


DRAGON BALL SUPER (OK)
131 épisodes (2015-2018)
Comme pour tout ce qui concerne DBS, la première approche n'a pas été concluante ; il faut dire que je suivais la série en VO (horrible...) et que je n'étais pas allé plus loin que l'arc concernant Golden Freezer (assez décevant et répétitif en soi). Autant vous dire que j'avais été fort déçu… Heureusement, j'ai pu revoir l'ensemble de la saga avec les excellentes voix en VF, qui apportent bien plus que la VO, et j'ai ainsi pu visionner un excellent arc avec Black Goku, ou encore un arc haletant autour du tournoi final et cette confrontation épique entre Goku et Hit, en plus d'une équipe de la galaxie 7 vraiment incroyable (avec Freezer comme membre !). Une vraie réussite, sans toutefois être mythique. Mais ne boudons pas notre plaisir !


SUPER DRAGON BALL HEROES (EN COURS)
54 épisodes - En cours (depuis 2018)
Je ne voulais pas voir cet anime en VOST, mais force de constater qu'une traduction des voix en Fr n'est pas du tout à l'ordre du jour, alors je m'y suis collé. Pas facile de juger cet ONA, puisqu'il ne s'agit pas d'une suite de la série, mais plutôt d'une histoire parallèle ; pas facile non plus de juger des épisodes de 8 minutes (comprenant un générique de début et de fin), avec des arcs de quelques épisodes seulement. Résultat ? Ca va vite, beaucoup trop vite... et ca mouline bien souvent dans le vent.
  • Universe Mission - Arc Planète Prison (2018 - 6 épisodes) : Servant très clairement d'introduction, cet arc est sans âme, sans intrigue, sans histoire cohérente (à force de vouloir aller vite, on finit parfois par friser le ridicule...). Les transformations s'enchaînent sans saveur, de même pour les combats, et de même pour les méchants (Cumber, sosie de Broly version Bane...) ; malgré tout, cela se regarde et se gobe comme un petit apéritif...au goût bien fade, il faut l'avouer.
  • Universe Mission - Arc Conflit Universel (2019/2020 - 13 épisodes) : 13 petits épisodes de 8 minutes pour raconter une histoire de destruction des univers par un méchant (Hearts) souhaitant éliminer ni plus ni moins que Zeno, c'est presque du gâchis ! Cela aurait mérité bien mieux ! Malgré tout, l'arc reste intéressant, et donne envie d'en savoir un peu plus. Encourageant ! 
  • Universe Mission - Arc Spécial I (2020 - 1 épisode) : Je ne vois pas l'intérêt d'un tel épisode, si ce n'est pour introduire le nouvel Arc qui suit ; mais un arc pour en introduire un autre est une idée bien farfelue à mon goût. Disons-le sans concession : totalement inutile.
  • Big Bang Mission - Arc Création de l'Univers (2020-2021 - 11 épisodes) : Là, je dois avouer avoir été particulièrement déçu, et je pense même avoir caresser la frustration et la colère. Ca part dans tous les sens, n'importe comment : on a du Bojack, du Super Janemba, des hibous pokemon, du Sangoku et Végéta Multivers, du Fû, du Super Fû, etc... Bref, c'est un grand foutoir autour d'une histoire recyclée d'arbre cosmique qui m'a exaspéré au plus haut point. Mais comment Toriyama a-t-il bien pu laisser son bébé être souillé de la sorte ?
  • Big Bang Mission - Arc Spécial II (2020 - 1 épisode) : Nous sommes purement dans la promotion 
  • Big Bang Mission - Nouvelle Guerre Spatio-temporelle (2021 - 8 épisodes) : On arrête tout ! Des Broly Saiyen 4 (oui, oui, vous lisez bien), des Golden Cooler et Golden Freezer possédés par des boules de cristals, un Sangoku masqué, 
  • Ultra God Mission - Arc Kaio Shin du Temps (2022/2023 - 10 épisodes) : Encore une histoire de tournoi (spatio-temporel, ce coup-ci), dans lequel participent Sangoku, Végéta, Sangohan, Petit-Cœur, Jiren, Hit et... Yamcha. Tout cela sur fond d'espace-temps, ce qui permet de voir toute sorte de combats farfelus, à en perdre la tête. Le problème, c'est qu'il n'y a aucune âme qui traverse ces 10 épisodes, et que suis triste à l'idée de savoir que la nouvelle génération puisse découvrir la série avec un méchant insipide comme Domigra et une histoire aussi simpliste. Enfin bon, cela se regarde, sans être chronophage, et ce n'est pas non plus une torture à suivre ; mais c'est franchement moyen, et ca ne contentera que les peu exigeants.
  • Meteor Mission - Arc d'Invasion démoniaque (2023/aujourd'hui - 5 épisodes) : Alors là, ca crains... Des épisodes avec une 3D vraiment moche, un méchant qui ressemble bien trop à un mélange de Cell et de Buu (Ozotto), ainsi que des épisodes sans âme qui m'ont fait décrocher dès le départ. Autant vous dire que je ne valide absolument pas ces cinq épisodes...
Arc Planète Prison : ★★☆☆☆
Arc Conflit Universel : ★★★★☆
Arc Spécial I : ★☆☆☆☆
Arc Création de l'Univers : ★★☆☆☆
Arc Spécial II :
Arc Nouvelle Guerre Spatio-temporelle : 
Arc Kaio Shin du Temps : ★★★☆☆
Arc d'Invasion démoniaque : ★☆☆☆☆

DRAGON BALL DAIMA
(Automne 2024)
Patience, patience ! Mais j'ai déjà peur que la licence soit un peu plus souillée...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FILMS D'ANIMATION DRAGON BALL
1986 : La Légende de Shenron (OK)
1987 : Le Château du démon (OK)
1988 : L'Aventure mystique (OK)
1996 : L'Armée du Ruban Rouge (OK)

[LA LÉGENDE DE SHENRON]
48 minutes - 1986
Ce premier film reprend le début de la série DB en le mélangeant avec une histoire de malédiction du Roi Gourmet, un tyran désirant réunir les sept boules de cristal pour mettre fin à son calvaire (inspiration au mythe de Midas ?). On retrouve par la suite la célèbre rencontre entre Songoku et Bulma, puis Oolong, Yamcha et Tortue géniale, à un rythme beaucoup plus rapide, pour finir avec l'affrontement final contre le roi Gourmet et ses sbires. L'ensemble est vraiment bien animé et parfaitement ficelé, et le film très agréable à regarder (on ne voit pas le temps passer), notamment grâce à une VF vraiment excellente et un humour très bien dosé. Un premier essai très réussi.


[LE CHATEAU DU DÉMON]
43 minutes - 1987
Désirant devenir l'élève de Tortue Géniale, Sangoku se rend chez lui et est rejoint par Krilin, qui souhaite également devenir son élève. Ils doivent alors passer une épreuve : ramener la princesse endormie au château des démons. La suite de l'histoire est un peu étrange, avec notamment ce vampire (Lucifer) et l'enlèvement de Bulma, qui doit être sacrifiée pour réveiller cette mystérieuse princesse. Bien moins réussi que le premier film, ce second court métrage souffre selon moi d'une histoire trop loufoque qui emmène nos héros dans des situations vraiment peu cohérentes. Bref, on sent que le tout est un peu trop forcé et je n'ai, au final, pas adhéré du tout. Vraiment moyen.


[L'AVENTURE MYSTIQUE]
44 minutes - 1988
Quel étrange film... on y retrouve beaucoup de personnages de la suite de la série DB, notamment le Capitaine Blue (qui n'a plus sa voix que j'adore), Corbeau génial (conseiller de l'empereur), Chaozu (l'empereur), Tao Pai Pai ou encore Ten Shin Han (garde du corps de l'empereur), mélangés autour d'une histoire qui n'a aucun rapport avec la série. Ayant perdu sa poupée, le roi Chaozu fait tous les efforts du monde pour la retrouver ; son conseiller Corbeau génial lui annonce alors qu'il faut réunir les sept boules de cristal pour que cette dernière lui soit rendue, mais ne va pas tarder à le trahir. J'ai trouvé l'ensemble un peu trop brouillon, avec une palanquée de personnages qui s'enchaînent jusqu'à overdose : on a même un combat entre Tao Pai Pai et Aralé de Dr Slump ! Finalement, cet OAV porte plutôt bien son nom : c'est vraiment une aventure décidément bien mystique !


[L'ARMÉE DU RUBAN ROUGE]
80 minutes - 1996
Il s'agit du dernier film de la série DB, qui a été fait très tardivement, huit ans après "L'Aventure Mystique" et même après la plupart des films DBZ. Mais ce film n'est pas sorti pour le fun : c'est pour rendre hommage aux 10 ans de Dragon Ball ! L'histoire reprend la rencontre entre Sangoku et Bulma et l'ensemble des évènements qui suivent, mais avec des variations adaptées pour le film ; en gros, il s'agit d'un résumé des 15 épisodes de la partie Ruban Rouge de DB, qui n'apporte absolument rien, si ce n'est des graphismes fabuleux et soignés, ainsi qu'un résumé de l'histoire de DB (très concis et avec de nombreuses variantes !) en 1h20. Très personnellement, ce film ne m'a absolument rien provoqué en émotion ou en plaisir, mais il reste sincèrement réussi et soigné, sa plus grande force étant, selon moi, la qualité des dessins et des animations, en plus du soin apporté à la VF. Du coup, je suis un peu mitigé : sans intérêt, mais diablement beau et soigné ! Soyons gentils et mettons-lui quatre étoiles.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FILMS D'ANIMATION DRAGON BALL Z
1989 : A la poursuite de Garlic (OK)
1990 : Le Robot des glaces (OK)
1990 : Le Combat fratricide (OK)
1990 : Baddack contre Freezer (OK)
1991 : La menace de Namek (OK)
1991 : La revanche de Cooler (OK)
1992 : Cent mille guerriers de métal (OK)
1992 : L'Offensive des Cyborgs (OK)
1993 : Broly le super guerrier (OK)
1993 : Les mercenaires de l'espace (OK)
1993 : L'histoire de Trunks (OK)
1994 : Rivaux dangereux (Le retour de Broly) (OK)
1994 : Bio Broly (OK)
1995 : Fusions (OK)
1995 : L'attaque du dragon (OK)
2013 : Battle of Gods  (OK)
2015 : La Résurrection de 'F' (OK)

[À LA POURSUITE DE GARLIC]
50 minutes - 1989
Vraiment moyen avec ma vision d'adulte, il commence pourtant assez bien (l'agression de Chichi, Garlic qui devient immortel) ; puis il y a le délire de Sangohan ivre, puis ce même Sangohan qui fait pipi sur Krilin qui lui-même sort de je ne sais où, puis Super Garlic et sa brèche inter-dimensionnelle... Cela est sans compter les incohérences dans l'histoire, puisque ce film ne peut se placer nulle part précisément dans l'histoire de DBZ (on sait juste qu'il doit s'insérer entre la fin de DB et le début du premier arc DBZ). En effet, Cela se passe forcément avant l'arc des Saiyens (Raditz et compagnie) et pourtant, Krilin connaît déjà San Gohan, lui qui est censé l'apprendre au au début de DBZ. Bref, pas une franche réussite, mais bon, nous sommes en 1989, alors soyons indulgents.


[LE ROBOT DES GLACES]
61 minutes - 1990
Pas encore incroyable, mais il y a malgré tout du mieux malgré les éternelles incohérences de l'histoire qui empêche ce film de pouvoir être inséré avec cohérence dans la trame DBZ. Le méchant (Dr. Willow) est certainement le plus étrange et le plus insignifiant de tous les méchants (un cerveau dans une machine), mais j'ai été content de voir des personnages secondaires jouer un certain rôle, comme Tortue géniale ou encore Bulma. Par contre, j'ai vraiment du mal à croire que Sangoku ne puisse pas vaincre par lui-même une simple machine, aussi puissante soit-elle, et qu'il doive en arriver à utiliser le Genki Dama. Bref, un scénario pas terrible et peu cohérent, mais une production bien meilleure selon moi.


[LE COMBAT FRATRICIDE]
60 minutes - 1990
Un des deux frères de Sangoku qui vient se venger (Thales, après Raditz) ; un arbre géant qui pompe l'énergie de la terre pour produire des fruits étranges ; un dragon tout mignon qui devient le meilleur copain de Sangohan : voilà de quoi faire un film pas mal du tout ! Certes, il y a toujours quelques incohérences, mais le fil directeur est plutôt bien ficelé et je trouve l'ensemble plutôt intéressant. Dommage juste que Sangoku occupe trop de place à mon goût, au détriment d'un Petit-Cœur, d'un Krilin ou d'un Ten Shin Han, inutiles comme jamais : c'est très simple, Sangoku s'occupe de tout le monde !


[BADDACK CONTRE FREEZER]
48 minutes - 1990
Voilà donc un téléfilm entièrement centré sur le père de Sangoku, j'ai nommé Baddack (ou Bardock) ! Cette fois-ci, très facile de le placer dans la trame : le sujet se passe avant Dragon Ball ! On sent tout de suite l'histoire bien au-dessus des premiers films, beaucoup plus cohérente, bien qu'il ne se passe finalement pas grand chose. Malgré tout, il s'agit d'un film nécessaire pour mieux connaître cette partie de l'histoire jusqu'à la destruction de la planète Végéta. 


[LA MENACE DE NAMEK]
49 minutes - 1991
Ce film faisait partie de ceux que je n'avais jamais vu dans ma jeunesse, et que j'ai découvert il y a peu. Et pour être très honnête, je n'ai absolument pas accroché. La cause principale ? Cette incohérence trop gênante avec ce méchant, Slug, originaire de Namek, qui serait (selon les dires du Kaio Shin du nord) un "Super Namek", bien plus fort que Sangoku en version super-guerrier (avec d'ailleurs une transformation en super-guerrier sans cheveux jaunes...impardonnable) et même Freezer et ses plus d'un million d'unités ! Cela devient vraiment n'importe quoi... voilà donc un Namek plus fort que Freezer... Ben voyons ! D'autant plus que ce dernier est battu par...les sifflements de Sangohan qui permettent de l'affaiblir et à Sangoku de l'achever. Non vraiment, l'avoir découvert à un âge de raison l'a sûrement grandement desservi ; toujours est-il que ce film m'apparaît comme proprement inutile.


[LA REVANCHE DE COOLER]
48 minutes - 1991
Le voilà le premier film DBZ totalement réussi ! Et qui de mieux que le frère de Freezer pour donner le ton, j'ai nommé le sombre Cooler ? On sent tout de suite que la série commence à prendre en maturité, et ce n'est pas pour rien si les notes vont augmenter à partir de maintenant ; car nous allons rentrer dans ce que je considère comme l'âge d'or de des films DBZ ! Vous voilà prévenus !


[LES CENT MILLE GUERRIERS DE MÉTAL]
44 minutes - 1992
Le problème quand on veut faire plusieurs films avec le même méchant, c'est qu'il y aura forcément un des films moins bien réussi, pour ne pas dire raté (nous en rediscuterons avec Broly...). Concernant Cooler, comment pouvions-nous quoiqu'il arrive faire mieux que le premier ? Alors bien sûr, ce film n'est pas raté en soi, loin de là, mais il n'est pas une grande réussite non plus ; de toute manière, je n'ai jamais trop aimé les DBZ avec des machines et des robots (en dehors des Cyborgs, bien entendu). Heureusement, nous avons quelques bonnes choses comme le mythique duo Songoku/Végéta et puis... bah c'est presque tout :)


[L'OFFENSIVE DES CYBORGS]
47 minutes - 1992
Au moment où j'avais découvert C-16, C-17, C-18, C-19 et C-20 avec mes yeux émerveillés de jeune garçon, je m'étais déjà posé la question suivante : "Mais si il y a déjà C-16, est-ce que les C-12, C-13, C-14 ou encore C-15 ont existé ?" Et ben, ce film a répondu à ma question en introduisant, au prix de plusieurs incohérences sur la trame de la saga (arcs Cyborgs et Cell), plusieurs d'entre eux, à savoir C-13, C-14 et C-15. En admettant tout simplement que ce film ne peut pas entrer dans la continuité de l'histoire de Dragon Ball Z, on peut alors se détendre un peu et se rendre compte que le film est une grande réussite, avec tous les ingrédients nécessaires à notre extase : un brin d'humour, des méchants plutôt cools, plein de supers guerriers et de bastons, un super méga boss de fin et un groupe uni où chacun joue un rôle significatif le temps que Goku ne vienne achever le combat, comme d'habitude. Moi, personnellement, je n'en demande pas plus !


[BROLY LE SUPER GUERRIER]
70 minutes - 1993
Je sais que certains n'aiment pas cet OAV tout particulièrement, du moins ai-je pu le lire fréquemment, mais je dois avouer ne pas comprendre leurs critiques. Ce premier film sur Broly est clairement le meilleur parmi tous ceux qui lui seront consacrés par la suite (DB Super inclus), et reste le seul (selon moi) à proposer une histoire intéressante autour de la rivalité Broly/Kakarot avec l'ensemble des personnages que l'on adore (dont un Végéta au départ prétentieux puis étrangement déprimé lol). Certes, il y a quelques incohérences de puissance, de l'humour parfois mal placé (notamment en plein combat contre Broly) ; certes, Broly apparaît déjà comme un véritable Berserk aux pouvoirs phénoménaux, qui ne fait que laminer tout le monde durant tout le combat avant de périr d'un coup de poing, mais l'ensemble reste vraiment cool et les dessins particulièrement réussis. Pour moi, c'est une réussite !


[LES MERCENAIRES DE L'ESPACE]
49 minutes - 1993
Alors là, nous sommes pour moi dans l'un des meilleurs films DBZ, si ce n'est le meilleur ! Tous les ingrédients y sont rassemblés : un Sangoku en retrait (puisque mort) laissant s'exprimer d'autres personnages, un Trunks ultra stylé, un Végéta fidèle à lui-même, une bande de méchants vraiment cools, un scénario très ficelé qui s'insère parfaitement dans la trame DBZ, et surtout, un Sangohan au firmament, qui nous propose une fin jouissive et tout simplement mythique, dans la lignée de la fin de Cell. J'avais eu les yeux émerveillés dans ma jeunesse à la fin du film, et je les ai gardé après l'avoir revu des dizaines de fois depuis. C'est dire !


[L'HISTOIRE DE TRUNKS]
47 minutes - 1993
Celui-là occupe une place spéciale chez moi, avec un avis très contrasté. En terme d'histoire, il est sûrement un des meilleurs, puisqu'il raconte ce que serait devenu le monde si Sangoku avait péri de sa maladie du cœur, et montre toute l'horreur des Cyborgs C-17 et C-18, qui ont tué presque tout le monde, y compris Végéta. Quelle originalité dans le scénario ! D'un autre côté, c'est un film que je répugne à regarder, parce qu'il ne montre que le chaos, la destruction et la mort de tous nos héros préférés. Le combat de Sangohan (ultra stylé avec ses cheveux courts et ses gros muscles) est presque pathétique, et je n'ai jamais été aussi triste devant un film DBZ qu'au moment de sa mort. C'est donc 47 minutes plutôt tristes et désespérantes, qui ont le mérite de proposer quelque chose de particulièrement osé et réussi dans le scénario. Hélas, aucun moment jouissif : juste la compensation de se dire que Trunks arrive malgré tout à changer cela en prenant sa machine à remonter le temps, et l'on sait ce que cela engendrera avec l'arc DBZ Cyborgs/Cell. En trois mots : Triste mais couillu !


[RIVAUX DANGEREUX]
52 minutes - 1994
Permettez-moi d'être gêné, terriblement gêné... Encore un film sur Broly, extrêmement moyen cette fois-ci, pour ne pas dire mauvais, qui n'est sauvé (et encore) que par la scène finale de toute la famille Goku faisant un Kamehameha commun et qui laisse un moment sympathique. Sinon, par contre, côté incohérences et débilités de scénarios, on est servi ! Sangoten qui, par ses pleurs, réveille Broly prisonnier de la glace (ils les ont payé combien les mecs qui font inventé cette histoire ?) ; Videl qui affronte Broly et se permet même de résister un peu, c'est une injure ; l'absence de Végéta et de Petit-Cœur pour un ennemi aussi puissant n'a aucun sens ; Broly qui passe 30 minutes à affronter deux gamins (dont un qui lui fait pipi dessus...) puis un Sangohan dont la puissance a nettement baissé ne donne pas trop de crédit au méchant. Bien sûr, je comprends que la série ait voulu passer le flambeau à la nouvelle génération "Songoten/Trunks/Videl", avec plus d'humour et plus de légèreté, mais un Broly sans Sangoku n'a pour moi de toute manière aucun sens (sa haine envers Kakarot étant le principal intérêt du personnage en lui-même). Bref, un raté, sans aucun intérêt, qui ne sera même pas surpassé  dans la médiocrité (selon moi) par le film suivant...


[BIO BROLY]
46 minutes - 1994
Je sais que celui-ci est considéré par beaucoup comme le pire des pires, et j'arrive à comprendre pourquoi. Cependant, avec un peu d'objectivité, le scénario est bien mieux fait que le précédent et le cadre est plus cohérent (un labo scientifique). J'ai aimé la présence de C-18, le rôle de Krilin, l'intelligence de Trunks, le méchant Jaguar ; par contre, j'ai détesté voir Broly souillé de la sorte, devenu un légume qui ne prononce même pas le mot "Kakarot" du film.  C'est triste d'en arriver là... Pas une franche réussite.


[FUSIONS]
50 minutes - 1995
Quelle nostalgie ! Je me souviens avoir vu ce film pour la première fois au cinéma, en 1995 (j'avais alors une dizaine d'années), et je me souviens de la claque que j'ai pris ce jour-là en pouvant admirer pour la toute première fois Gogeta dans ses œuvres, en plus du générique japonais ultra stylé sur l'air de "We gotta Power" ! Encore aujourd'hui, je prends autant de plaisir à revoir ce film, même plus de 20 ans plus tard, et je crois qu'il restera dans mon top 3 des films DBZ à jamais. Du très lourd !


[L'ATTAQUE DU DRAGON]
51 minutes - 1995
Celui-ci aussi a été vu au cinéma en 1995, juste après le magnifique "FUSIONS", au cours de la même séance, et j'ai pris une deuxième claque pour l'occasion ! Nul doute que ce film vient compléter mon top 3 avec "FUSIONS" et "LES MERCENAIRES DE L'ESPACE". Le scénario est vraiment incroyable, Tapion est vraiment un personnage intéressant, la musique de la flûte est super top, et l'attaque finale de Sangoku est vraiment stylée. Une véritable réussite, et sûrement la dernière d'une époque dorée.


[BATTLE OF GODS]
85 minutes - 2013
Pour être très honnête, je n'avais pas aimé ce film au premier visionnage, trouvant que cela partait beaucoup trop loin dans les pouvoirs et les combats. Je l'ai vu depuis deux fois de plus, et je l'ai apprécié davantage à chaque fois. L'humour est particulièrement mis en valeur dans cette histoire, avec notamment quelques moments mythiques comme le retour de Garlic et sa troupe, ou encore les efforts incroyables de Végéta pour ne pas que Beerus ne s'énerve, n'hésitant pas à danser sur la scène pour détourner l'attention ! Quand on connaît Végéta et son caractère, on ne peut pas ne pas rire ! Quant à l'histoire, elle est assez cohérente, et on sent que les auteurs n'ont pas voulu rajouter un méchant juste pour rajouter un méchant ; d'ailleurs, Beerus n'est pas foncièrement méchant, mais juste dans son rôle de dieu de la destruction. Bref, j'ai augmenté ma note initiale, passant de trois étoiles à quatre, parce que ce film n'est pas mauvais du tout, finalement.


[LA RÉSURRECTION DE 'F']
93 minutes - 2015
Ce film m'a fait le même effet que pour Battle of Gods : une première impression vraiment négative (voir un Golden Freezer m'a presque été insupportable, je n'en peux plus de ce méchant !), puis plusieurs visionnages de plus m'ont permis d'apprécier un peu l'ensemble, sans toutefois le trouver exceptionnel. J'ai toujours du mal avec les rapports de puissance (je ne vois pas comment l'armée de Freezer peut rivaliser aussi longtemps avec l'ensemble Sangohan/Krilin/Petit cœur), le scénario garde des incohérences parfois gênantes, mais bon que voulez-vous, l'ensemble reste correct et regardable, alors trois étoiles. 


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FILMS D'ANIMATION DRAGON BALL GT
1997 : Cent ans après (OK)

[CENT ANS APRES]
45 minutes - 1997
Voilà typiquement le genre d'anime que je déteste : mais où est donc passée la magie DBZ ? Tous nos héros habituels sont morts de vieillesse (arg), Pan est en mode grand-mère et notre héros, Sangoku Junior, est un pleurnichard faible et inutile, qui doit faire face à la cruelle froideur de la vie (Pan va mourir à son tour, victime d'un infarctus). Il n'a aucun pouvoir intéressant, aucun potentiel extraordinaire (c'est un Saiyen OK, mais Sangoten à son âge semblait beaucoup plus fort), aucun bâton ou nuage magiques (comme son arrière grand-père), ne côtoie aucun personnage mythiques comme Tortue Géniale, Oolong ou encore Bulma, et... bah son aventure consiste à trouver une boule de cristal, et puis c'est tout. Bref, l'ensemble est trop léger à mon goût, aseptisé au possible, et je n'ai pris aucun plaisir à le regarder. Aucun...


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FILMS D'ANIMATION DRAGON BALL SUPER
2018 : Broly (OK)
2022 : Super Hero (OK)

[BROLY]
100 minutes - 2018
Reprenons tout ce qui a été recyclé déjà cent fois, accélérons l'ensemble au nom de la modernité, mélangeons le tout, et refaisons un truc pour les Djeuns : est-ce que cela vous convient ? Voilà un peu le résumé de ce film clairement créé pour la nouvelle génération, qui se permet de recycler l'épisode de Bardock et la destruction de la planète Végéta par Freezer, de remettre un vieux méchant (Freezer) au goût du jour (je n'en peux plus de ce méchant, qui était pourtant ultra cool dans la série Super avec son alliance improbable avec Goku !), et de traiter, une fois n'est pas coutume, de notre bon vieux Broly, qui se voit donc attribué 4 films rien que pour lui ! On secoue l'ensemble et voilà le résultat : une moitié du temps avec une histoire recyclée et donc largement prévisible ; une autre moitié avec une baston à en donner des maux de tête... Pour être très honnête avec vous, la partie baston m'a presque épuisé  (je dois vieillir) : cela part dans tous les sens, avec un Broly en furie qui ne fait que hurler et taper (bien loin du monstre sadique et revanchard, complètement possédé par Kakarot, que j'avais tant aimé dans les anciens films) face à Songoku et Végéta, qui finissent par fusionner en Gogéta cheveux bleus, ce dernier qui galèrera malgré tout pour en venir à bout ! Happy end oblige : plus personne ne meurt, même chez les méchants, c'est dire à qui s'adresse ce film ! Bref, un film qui ne pouvait pas me faire kiffer, tant tout y est prévisible et aseptisé, sans une goutte de sang ni aucune émotion dramatique. Même la présence de Gogéta (qui m'avait donné des frissons dans le film avec Janemba) m'a laissé presque de marbre... Malgré tout, cela se regarde, et on ne peut pas dire non plus que l'ensemble soit raté. Je pense juste que je ne suis plus la cible principale (en tant qu'ancien fan très attaché à l'ADN du manga) et que tous les films DB Super me procureront désormais la même impression.


[SUPER HERO]
99 minutes - 2022
Voici donc le 21e film d'animation, et le premier totalement en images de synthèse. Autant vous dire que je partais avec une grande appréhension. Cette fois-ci, l'accent est mis sur Piccolo et Sangohan, ce qui n'est pas pour me déplaire, qui doivent faire face au retour de l'armée du Ruban Rouge, et plus particulièrement à deux cyborgs justiciers (Gamma 1 et 2), puis à Cell Max (... je préfères ne pas me prononcer), une sorte d'aberration de Cell. L'histoire est sympa et légère, l'humour est bien présent, la VF est appréciable, mais je regrette le côté enfantin du film : on ne sent aucune pression de nos héros, l'histoire est un peu trop légère à mon goût, et les transformations (qui sont pourtant très attendues, surtout celle de Gohan et Son Gohan Beast !) sont trop bâclées, presque pas méritées tant elles sont simples à venir. Le déclic de Sangohan ne m'a aucunement ému, et nous sommes bien loin de l'héroïsme face à Cell ou Bojack, où le côté dramatique est à son comble. Bref, on sent qu'il s'agit d'un film limite pour les enfants, qu'il faut regarder sans prise de tête et sans recherche d'émotions. Malgré tout, les images de synthèse sont étonnamment bien faites, l'histoire reste cohérente et cela fait toujours du bien de revoir quelque chose de pas trop mal. On s'en contentera ! Après tout, je m'y attendais un peu :)


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AUTRES
1988 : Goku et la sécurité routière (OK)
1988 : Goku le pompier (OK)
1992 : Réunissez-vous ! Le monde de Goku (OK)
1993 (puis 2010) : Le Plan d'anéantissement des Saiyans (ou Le Plan d'éradication des Super Saiyens)  (OK)
1993 : Zenbu misemasu toshi wasure Dragon Ball Z ! (OK)
2008 : Salut ! Son Goku et ses amis sont de retour !! (OK)
2011 : Épisode de Bardock (OK)
2013 : Dream 9 Toriko & One piece & Dragon Ball Z Cho Collaboration Special !! (OK)

[GOKU ET LA SÉCURITÉ ROUTIERE]
15 minutes - 1988
Sangoku, Krilin et Tortue Géniale sont invités chez Bulma pour un repas : voici la trame de cette petite histoire uniquement créée pour éduquer les jeunes sur les règles à respecter en tant que piétons pour éviter les accidents. C'est court, c'est mignon, c'est éducatif, cela part d'une bonne intention, mais n'en espérez rien de passionnant. Disons que cela reste agréable et léger. Pas de VF disponible.


[GOKU LE POMPIER]
11 minutes - 1988
Toujours dans un but éducatif, voici un épisode où Sangoku vient faire la morale à des jeunes enfants ayant allumé des feux d'artifice puis toute une série de morales pour lutter contre les incendies  (appeler le 119, bien éteindre le gaz avant de dormir, ne pas fumer dans son lit,...). Encore une fois, l'intention est louable et utile, et je ne jugerais donc pas cela. Disons juste que cela n'a pas d'intérêt majeur pour le fan de DBZ. Pas de VF disponible.


[RÉUNISSEZ-VOUS ! LE MONDE DE GOKU]
30 minutes - 1992
Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Uniquement sorti au Japon (donc pas de VF), il s'agit en fait d'une vidéo destinée à être utilisée avec le Terebikko, une console lancée par Bandai en 1988 qui ressemblait à un téléphone avec quatre boutons de couleur différente. Le but est donc juste de regarder puis de répondre aux questions posées en appuyant sur le bon bouton... oui, c'est tout. Autant vous dire que j'ai perdu 30 minutes dans ma vie, et que je ne connaissais absolument pas l'existence de cette console :)

[LE PLAN D'ÉRADICATION DES SUPER SAIYENS]
30 minutes - 2010
Bon soyons honnête : l'histoire est débile. Un gaz appelé Destron, créé par les Tsufuls (et notamment le Docteur Raichi) au moyen d'un "amplificateur de haine", se répand sur la Terre, menaçant l'extinction de toute forme de vie. Notons juste le moment sympathique lors de l'affrontement Goku/Trunks/Gohan/Petit Cœur (et Végéta, étrangement isolé) VS Cooler/Freezer/Thalès/Slug (sous la forme de fantômes), qui a eu le mérite de m'intéresser. Puis vient l'affrontement finale contre le docteur Raichi, sans aucune transition, à cinq contre un, qui se transformera en Hatch Hyakk, une terrible créature capable de balancer un redoutable "canon de la vengeance", apparemment plus puissante que Broly (rien que ça !). Mais reconnaissons qu'il ne s'agit pas du plus raté des OAV, surtout dans sa version VF de 2018 (décidément, les voix FR rajoutent toujours quelque chose de mieux).


[ZENBU MISEMASU TOSHI WASURE DRAGON BALL Z]
5 minutes - 1993
Le moment dure cinq minutes, dont 80% sont des souvenirs du combat avec Cell... À part le début sympathique où la famille prend un bain dehors, rien à en extraire... heureusement que cela ne dure que cinq minutes.


[SALUT ! SANGOKU ET SES AMIS SONT DE RETOUR !]
35 minutes - 2008
C'est l'histoire de " l'invasion de deux êtres malfaisants qui ne reste pas dans les mémoires, simplement car elle arriva juste un peu trop tard " ; on ne peut résumer mieux cet excellent film d'animation, que j'ai adoré pour sa légèreté et son humour. Les deux méchants, Avo et Cado sont clairement trop faibles et c'est volontaire, et j'ai aimé ce non-respect de nos héros préférés à leur égard ; j'ai également aimé l'apparition du frère caché de Végéta, Table ; j'ai aimé son étonnante femme ; j'ai adoré l'humour et notamment les réactions de Végéta ; j'ai aimé cette légèreté où les héros ne sont jamais en danger : c'est juste une histoire pour le fun, et j'ai adoré tout ce fun ! Quand je pense que je n'en attendais strictement rien au départ, désespéré par les épisodes précédents...


[ÉPISODE DE BARDOCK]
20 minutes - 2011
Je me demande sincèrement qui a pu aimer cet épisode ? Le dessin trop moderne, l'histoire à chier, le recyclage des situations : tout est raté à vrai dire, et c'est dur d'écrire cela quand on aime DBZ. Surtout, tout est incohérent : voilà donc que Bardock est englouti dans une boule d'énergie Made in Freezer mais qu'il survit en revenant dans le passé 1000 ans plus tôt (tout bonnement impossible quand on connaît le gap de puissance entre lui et Freezer) ; voilà qu'il doit combattre Chilled, un ancêtre de Freezer ; voilà qu'il peut se transformer en super saiyan malgré sa puissance dérisoire, juste grâce à la colère ! Tout le long de cette courte histoire, nous n'avons que des rappels beaucoup trop faciles : Chilled/Freezer, Bardock/Goku, Berry/Trunks (quand il ramène à manger à Tapion) ou Krilin (qui provoque la colère de Goku en super Saiyan) et j'en passe. Bref, franchement inintéressant, même presque honteux quand on sait qu'il a été produit en 2011... on est pas loin de la prostitution d'une série mythique qui aurait dû s'arrêter mais que l'appel du gain facile pousse à continuer. Je dirais même qu'on est en plein dedans...


[DREAM 9 TORIKO & ONE PIECE & DRAGON BALL Z CHO COLLABORATION SPECIAL !!]
44 minutes - 2013
Deux épisodes où évoluent les personnages des mangas Toriko, One Piece et Dragon Ball Z ? Bon, pourquoi pas... mais personnellement, j'ai trouvé ça nul au possible. En même temps, je ne suis pas étonné par la tournure que prends DBZ depuis le début de ce siècle, une série que certains aiment tant prostituer jusqu'au bout et saigner jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien. Depuis 2000, c'est très simple : on peut compter sur les doigts d'une main les productions réussies de la série, et encore, je suis très indulgent. Pour moi, ce sont 40 minutes de perdues dans une vie, rien de plus... et vous savez quoi ? Je les ai perdu lol.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

FILMS DRAGON BALL (si, si, ils ont osé...)
1990 : Dragon Ball (Combat Son Goku, gagne Son Goku) (OK)
1991 : La Légende des sept boules de cristal (OK)
2009 : Dragonball Evolution (OK)

[DRAGON BALL]
100 minutes - 1990
Il y a des moments où les choses deviennent gênantes, et je crois avoir vécu un de ces moments par le visionnage de ce premier essai de film autour de Dragon Ball, qui n'a pourtant "que" 32 ans à l'heure où j'écris ces lignes. Inutile de perdre plus de temps à expliquer pourquoi j'ai mis cette note : allez voir ce film par vous-mêmes, payez-vous une bonne tranche de rigolade et kiffez votre moment :)


[LA LÉGENDE DES SEPT BOULES DE CRISTAL]
86 minutes - 1991
Mon dieu que j'ai ri ! D'ailleurs, j'en rigoles encore rien qu'en écrivant ce texte, c'est dire. Ah là, on tient un sacré nanar, je peux vous le dire ! Tout y est drôle : les musiques, le jeu d'acteur, les maquillages, les têtes, les dialogues, le méchant,... TOUT ! Vu la note, j'aurai pu vous dire de ne pas perdre une seconde à regarder ce bon vieux nanar, mais en fait, je ne peux que vous encourager à le faire : vous aurez ainsi votre dose journalière de rires, et vous vous sentirez vraiment mieux. Le pire, c'est qu'il s'agit certainement de la meilleure adaptation du manga !


[DRAGON BALL EVOLUTION]
85 minutes - 2009
Terminons cette rubrique avec certainement ce qui a été fait de pire dans toute la série DBZ : un film moderne qui ne respecte aucun code du manga, et qui m'a exaspéré au plus haut point. Quelle honte ! Quel gaspillage d'argent ! Mais qui a bien pu se lancer là-dedans ? Pourquoi se lancer là-dedans, d'ailleurs ? Tant de questions qui resteront sans réponses, je le crains. Toujours est-il que ce film existe bel et bien, et qu'il m'a fallu donc le voir pour être complet. Je préfères même pas m'éterniser sur cette critique tant cela serait une pure perte de temps pour moi. Vous vous ferez votre propre jugement, et peut-être même que vous ferez partie des quelques uns qui ont apprécié le film ! Oui, oui, il y en a !


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------